Contactez-nous +32 (0)10 86 07 31

L'opossum qui avait l'air triste - 1995
L’opossum qui avait l’air triste
by admin   |  in 1985-1995, L'opossum qui avait l'air triste   |   August 28th, 2012
L’opossum qui avait l’air triste – Création 1995
Un petit opossum suspendu à son arbre la tête en bas souriait toujours, simplement heureux.
Un jour des citadins de passage dans la forêt se persuadent que le petit animal est triste, se méprenant sur son sourire qu’ils prennent pour une grimace maussade. Prêts à tout pour faire sourire l’opossum à nouveau ils l’enmènent en ville pour le distraire …et le rendent vraiment malheureux.
Équipe de création
Comédiens manipulateurs: Alf CARLETTA, Do CLEEREMANS et Benoït de LEU.
Mise en scène: Marie-Odile DUPUIS.
Œil extérieur: Jean et Suson GERARDY.
Adaptation: Benoit de Leu de Cecil.
Conception de la structure: Jean-Claude DE BEMELS.
Scénographie et affiche: Anik Walachniewicz.
Marionnettes: Jean-Christophe LEFEVRE.
Musique originale: Marc KEYAERT.
Structure métallique: Philippe STOCKMANS et André GAUTHIER.
Accessoires : réalisation collective.
Presse
« …L’Opossum, c’est une multitude de messages intelligents à l’adresse des enfants… L’écologie, la colonisation, la pollution, le pouvoir, l’amitié, le respect des autres et des Droits de l’Homme, l’environnement, le pouvoir de l’argent, la démocratie, la publicité, la télévision, le cinéma ou la violence sont autant d’interrogations qui s’insinuent calmement dans l’esprit des petits. Ce spectacle n’est autre qu’un superbe conte engagé pour les tout petits… »
Orne Actualités – Mars 96.
« L’inventivité du spectacle est permanente, il est bourré d’astuces et d’ingéniosité… »
Vers l’Avenir – août 95.
« …Voici un spectacle de marionnettes bien appliqué. Les petits sont invités à s’étonner de la stuppidité des humains, comme des cafetières que l’on manipule d’une seule mains ou que l’on envoie se promener sur un cercle de rail. A voyager devant un castelet à trois panneaux pivotants, qui plante l’idyllique décor de la forêt, la route polluée, la cité dévorée de buildings et de brume et son casino rutilant de lumières. A s’épater du One-Man show de Benoït de Leu, manipulateur à vue de tout ce petit monde, mais aussi montreur ès-cinématographe, bruiteur, animateur de jeu, chanteur et magicien. Comédien, commentateur et moraliste. »
Le Ligueur – sept 95.
Propulsed by Wordpress & Be Quiet.